March 2010

You are currently browsing the monthly archive for March 2010.

Image

.

 10 – cours à Corcelles / Chavornay 

Chez la famille Blanc

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

toute personne qui ne désire PAS figurer sur cette magnifique gallerie des cours de taille, peut écrire au secrétaire-caissier, Bernard KNOBL, case postale 211 à CH-1009 PULLY.

RETOUR à la galerie des photos de nos divers cours de taille arboricole dans le canton de Vaud.

Image

.

 8 – cours aux Trois-Chasseurs, Monts-de Pully

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

toute personne qui ne désire PAS figurer sur cette magnifique gallerie des cours de taille, peut écrire au secrétaire-caissier, Bernard KNOBL, case postale 211 à CH-1009 PULLY.

RETOUR à la galerie des photos de nos divers cours de taille arboricole dans le canton de Vaud.

Image

.

 7 – cours à Rances-sur-Orbe

chez Séverine

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

 suit le cours à Rances-sur-Orbe en 2009

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

.

toute personne qui ne désire PAS figurer sur cette magnifique gallerie des cours de taille, peut écrire au secrétaire-caissier, Bernard KNOBL, case postale 211 à CH-1009 PULLY.

RETOUR à la galerie des photos de nos divers cours de taille arboricole dans le canton de Vaud.

.

 4 – cours théoriques 

bien au chaud !

Image

.

5 – cours à Essertines / Yverdon chez Roland GONIN

.

.Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

toute personne qui ne désire PAS figurer sur cette magnifique gallerie des cours de taille, peut écrire au secrétaire-caissier, Bernard KNOBL, case postale 211 à CH-1009 PULLY.

RETOUR à la galerie des photos de nos divers cours de taille arboricole dans le canton de Vaud.

.

BULLETIN D’INFORMATION ARBORICOLE

repris de la SCA. (Station cantonale d’arboriculture Av. de Marcelin 29 1110 MORGES).

— dès le 15 avril:  (bulletin No 3 du 15 avril 2010)

AU VERGER ET JARDIN

Surveiller les nouvelles plantations de fruits à pépins, les cognassiers, ainsi que les espèces ornementales et forestières sujettes à la bactériose. Signaler tout comportement anormal au contrôleur communal ou à la SCA.

Sensibilité des variétés au feu bactérien :

http://www.agroscope.admin.ch/data/publikationen/wa_arb_07_pub_12694_f.pdf

Evolution des risques feu bactérien :
http://www.agroscope.admin.ch/feuerbrand/00844/02913/index.html?lang=fr

Symptômes, biologie et informations spécifiques vaudoises :
http://www.vd.ch/fr/themes/economie/agriculture/productionvegetale/arboriculture/feu-bacterien/

ABEILLES

L’imposition des séquestres pour cause de feu bactérien est entrée en vigueur le 6 avril 2010 dans les communes concernées par le séquestre.
L’apiculteur qui désire pratiquer la transhumance ou tout autre déplacement d’abeilles doit s’annoncer préalablement à l’inspecteur cantonal des ruchers, M. F. Crozet, (079 815 71 20).


TRAITEMENT PREFLORAL OU POSTFLORAL SUR LES ESPECES A PEPINS

Les pommiers sont actuellement aux stades phénologiques C3-D.

Par rapport à l’année 2009, un retard de 6 jours environ est actuellement constaté. Les dernières précipitations importantes avec un risque de projection d’ascospores de tavelure ont eu lieu en date du 3 avril (environ 20mm).
Respecter le délai d’attente si une huile minérale a été précédemment appliquée (8 à 10 jours).
Pas d’insecticide sur des arbres en fleur.

POMMIER stade E-E2 POIRIER stade G

.· TAVELURE http://www.agrometeo.ch
Des infections seront attendues dès les prochaines pluies. La décision d’intervenir et la cadence de renouvellement des applications se feront compte tenu des critères suivants :
– Etat sanitaire de la parcelle.
– La sensibilité des variétés.
– La croissance des organes végétatifs : évolution des stades phénologiques, nouvelles feuilles (voir photo
d’une pousse marquée ci-dessus).
– Les conditions météorologiques : température, quantité et fréquence des chutes de pluie (durée de
l’humectation du feuillage, lessivage du fongicide précédemment appliqué, etc).
Appliquer un fongicide organique simple, Captane, Delan.

· OÏDIUM : Le potentiel infectieux dépend essentiellement de l’efficacité de la lutte engagée l’année précédente.
En présence de rameaux oïdiés, ou d’inflorescences atteintes (enfarinée), ajouter du soufre mouillable.
PI et Bio: Solfovit, Elosal Supra, Sufralo, Thiovit, Helio soufre, Solfo fluid, Solfovit WG.Si le rameau est trop atteint, il y a lieu de le supprimer.

· TAVELURE et OÏDIUM
Fongicides à action mixte : Baycor C, Colt Elite, Pilzschutz für Obst, Rondo, Systhane C WG, Slick, Vision,
Veto top. Efficacité partielle contre la tavelure et l’oïdium : Myco-San (Bio) .
Si un traitement insecticide de débourrement a été appliqué, l’adjonction d’un insecticide à E2 n’est pas nécessaire.
Au fongicide choisi (excepté Mycosan, non mélangeable), on ajoutera si nécessaire un insecticide mentionné cidessous en tenant compte des ravageurs effectivement présents dans le verger. Un contrôle visuel préalable est recommandé.
· CAPUA
Pommier : stade E2 Insegar. Stade E- E2 de Golden, 1ère application de Capex (Bio) (granulose). La 2ème
Capex (Bio) sera à appliquer 10-12 jours plus tard (ou après floraison sur poirier).
· PUCERONS : Pirimor, Pirimicarbe, Flux, Alanto, Gazelle, Pyrethrum FS (Bio) ou mise en place de pontes de
prédateurs (Bio) .
· CHENILLES et PUCERONS : Zolone, Alaxon D, Basudine ou Diazinon.
· CHENILLES : Delfin (Bio) , Dipel (Bio) , Dimilin

.

.


— dès le début avril 2010  (bulletin No 2):

STADES PHENOLOGIQUES

.

A partir de la dernière semaine de Mars:

MALADIES DU PÊCHER, DU NECTARINIER ET DE L’ABRICOTIER

PECHER, NECTARINES, BRUGNONS :

Dès l’éclatement des bourgeons, ne plus traiter avec du cuivre . Préférer Bogard ou Slick contre la cloque du pêcher.
Dès l’apparition de la corolle (stade D) : contre la moniliose et la maladie criblée, Captane + ISS, Amistar, Flint.

ABRICOTIER :

Dès l’apparition des boutons blancs (stade D), ne plus utiliser de produits huileux (abeilles !), ni de cuivre (risque de phytotoxicité).
Contre la moniliose : Rovral, Switch, Teldor, Cercobin.

Contre la moniliose, maladie criblée, oïdium :
Amistar, Systhane C, Colt Elite, Pomstar C, Trizol cap, Veto Top.

.

TRAITEMENT DE DEBOURREMENT SUR AUTRES ESPECES:

Une application avec un insecticide huilé, efficace contre les formes hivernantes des pucerons, cheimatobies et partiellement des acariens rouges est envisageable sur les essences fruitières avec les remarques mentionnées ci-après :
· Insecticides huilés : Veralin CD ou Oléodiazinon R.
· Produits cupriques : Cuivre bleu, Cuivre 50 divers Oxycuivre, Phytocuivre, Cuproxat ou autre produits cupriques à 0,1 – 0,2 %.
· Pas de mélange huile minérale + fongicide organique (phytotoxicité).
· Important : pas de fongicide organique dans les 10 jours précédant et suivant l’application d’une huile minérale ou de colza (risque de phytotoxicité).

CERISIER :

Dès le gonflement des bourgeons jusqu’au stade B-C, insecticide huilé + produit cuprique (cuivre contre le chancre bactérien et la maladie criblée).

PRUNIER :
Dès les stades B-C jusqu’à l’éclatement des bourgeons: insecticide huilé + produit cuprique contre la maladie bactérienne et la maladie des pochettes.

POMMIER, POIRIER ET COGNASSIER :
Le traitement de débourrement se fait à l’éclatement des bourgeons, stades (C-D). Insecticide huilé + produit cuprique contre la tavelure et le flétrissement bactérien du poirier

GROSEILLIER ET CASSISSIER :
Appliquer peu avant le débourrement un insecticide huilé.

RONCES :
En cas de dégâts d’ériophyides en 2009 (maturation irrégulière et incomplète des baies), appliquer au débourrement du soufre mouillable seul à 2 %. Remarque : pas d’adjonction d’huile minérale à ce traitement (risque dephytotoxicité).

SUR TOUTES ESPECES (SAUF ABRICOTIER ET PECHER), CONTRE LES COCHENILLES, ACARIENS ET PUCERONS :
En remplacement d’un Oléodiazinon ou de la Veralin CD, l’application d’une huile minérale (Minerol, Spray-Oil 7 E, Zofal D, Oléoc) à la concentration de 2% avant le débourrement (stade C) permet de combattre efficacement les diverses cochenilles (exceptée la cochenille virgule sur pommier) et les acariens rouges.
Il est aussi possible d’appliquer une huile de colza (Genol plant, Telmion, Vegoil, Zofal R) à 2 % au stade C-D.
Pour une application correcte de l’huile, traiter par temps doux et calme, lorsque la météo annonce un à deux jours sans risque de gel, ni précipitations.
Remarque : les abeilles sont de précieux auxiliaires (pollinisation). De ce fait, il s’agit d’éviter toute application de matières actives toxiques à leur égard.

FERTILISATION
En cas de doute sur les quantités de fertilisants à apporter, une analyse de terre avec interprétation est conseillée. La liste des laboratoires reconnus est disponible sur demande à la SCA.
La quantité d’engrais à apporter se détermine par la richesse du sol et la croissance de l’arbre. Un rameau annuel (exemple pommier) qui présente une longueur de 40 à 60 cm est considéré comme normal. Dans le cas d’une situation équilibrée on prévoit à l’are (100 m2) :
· 250 à 300 g d’azote (N)
· 150 à 250 g de phosphore (P2O5)
· 500 à 700 g de potasse (K2O).
Ces quantités ne couvrent bien entendu pas les besoins du gazon lorsque celui-ci est ramassé.
Cela correspond à environ 5-6 kg/are d’un engrais composé minéral ou organique, contenant 5% de N, 3-4% de P2O5, 11% de K2O complémenté de magnésium et de bore. Ces teneurs sont obligatoirement indiquées sur les emballages.
Si les arbres présentent trop de vigueur (pousses annuelles de 70 cm minimum), adapter la quantité, voire renoncer à l’apport d’azote N en choisissant un engrais qui n’en contient pas ou très peu.
Il est possible de remplacer l’engrais par du compost de jardin bien décomposé (50-100 kg/are).

FRAMBOISIER
La meilleure lutte contre le phytophthora consiste à faire une plantation sur butte en terrain favorable, pas trop lourd et bien drainé. L’apport de compost peut avoir un effet bénéfique contre le phytophthora. Le framboisier ne s’accomodant pas d’un pH élevé, il est judicieux de connaître le pH du compost. Si dépérissement important, contacter la SCA.

TAILLE D’ECLAIRCISSAGE SUR CERISIER
Elle se pratique sur des sujets faibles à moyennement vigoureux dans les cultures âgées de 4-5 ans.
Objectif : diminuer la quantité de bouquets de mai et favoriser l’obtention de fruits à gros calibre. Terminer cette sélection de bouquets de mai 15 jours avant la floraison.

AU VERGER ET JARDIN