en novembre – décembre

Dès que les feuilles commenceront à chuter, il sera temps de traiter contre la cloque du pêcher et le chancre du cerisier . Il est évident que l’on ne traitera que les variétés sensibles et très sensibles à ces maladies. Par contre, on reportera le traitement au printemps si les conditions sont défavorables (neige, gel).

cloque du pêcher

Le badigeonnage des troncs des abricotiers, des pruniers et des jeunes cerisiers, limite les risques d’éclatement de l’écorce des troncs et diminue les risques de maladies bactériennes et fongiques.
Produits :
· Enduit bio pour arbre Neudorff (Garden center).
· Badipast (dans divers magasins Landi).

 Fruits à pépins
Jusqu’à 60% de diminution du potentiel infectieux de la tavelure du pommier par le ramassage et le broyage de toutes les feuilles tombées; c’est une mesure simple et efficace utilisée par de nombreux arboriculteurs professionnels.
Le broyage fin (broyeur, tondeuse) garantit une décomposition rapide des feuilles, et par là, une diminution importante du potentiel infectieux de nombreuses maladies fongiques des fruits à pépins, dont la tavelure.

Autre avantage, cette méthode de lutte est radicale (pas de résistance) et sans utilisation de produits phytosanitaires. Encourager ses voisins à pratiquer le broyage des feuilles augmente l’efficacité de la mesure pour votre verger.

Noyers

Comme pour le pommier, le broyage des feuilles une fois qu’elles sont toutes tombées est très utile car il diminue le potentiel infectieux de l’anthracnose. A pratiquer sur terrain si possible gelé.

Biodiversité fonctionnelle

Penser à diversifier les essences présentes dans vos haies afin de créer une diversité biologique favorable aux auxiliaires utiles dans la lutte contre les ravageurs des fruits. Ne pas supprimer systématiquement le lierre dans vos arbres, sa floraison tardive est très appréciée par nombre d’insectes utiles et les abeilles sauvages ou domestiques.
Profiter de l’hiver pour fabriquer 1 hôtel à insectes et des ruches à abeilles sauvages.
Lien intéressant à consulter :
http://www.energie-environnement.ch/maison/jardin
Rappel : privilégier les pépiniéristes locaux connaissant les conditions pédoclimatiques de votre région. Favoriser les essences et variétés les moins sensibles aux maladies, pour exemple voir la liste des variétés de fruits en fin de bulletin.

– Source: BULLETIN D’INFORMATION N° 17 DU 27 OCTOBRE 2014
du Centre de compétence en cultures spéciales à Marcelin / Morges (bulletin auquel nous souscrivons un abonnement).

CHOIX VARIETAL POUR NOUVELLES PLANTATIONS D’ARBRES FRUITIERS

– essences et variétés les moins sensibles aux maladies

Pour manger à la main et cuisiner :
– Ariwa, Boscoop rouge ou verte, Dalinette, Florina, Opal, Topas, Rewena, Rubinola.
Variétés spéciales pour le jus :
– Schneiderapfel, Remo, Rewena.
Anciennes variétés locales (liste établie en collaboration avec Fructus) :
Pomme Bovarde, Pomme Françoise, Pomme Grise vaudoise, Pomme Rochat, Pomme Record, Pomme vielle Châtaigne, Belle de Ballaigue, Douce rouge, Douce Fiaux, Framboise de Montet, Motteranche, Reinette de Chevroux, Reinette de Ferlens. Alant est une variété ancienne plantée en Suisse alémanique, avec une bonne résistance au feu bactérien.

Poiriers : Harrow sweet est une variété résistante au feu bactérien.
Pruniers : La prune de Chézard est donnée comme moins sensible au ver des prunes.
Pêchers : Bénédicte est une des variétés peu sensible à la cloque.
Noyers : La variété Franquette reste une référence en terme de qualité.

Les Rongeurs
Continuer à limiter les populations de rongeurs par trappage.
Contrôler régulièrement que vos arbres ne soient pas attaqués, soit par le campagnol terrestre, soit par le campagnol des champs.
A la plantation, protéger les racines de vos nouveaux pommiers par un treillis; ceci n’est pas nécessaire pour les autres essences fruitières.